dimanche 22 février 2009

Ph.Meirieu analyse la réforme de la formation des maîtres

Voici un lien d'une intervention de Ph. Meirieu face à la réforme concernant la formation des enseignants.

http://www.dailymotion.com/video/k3bCA8UIMsQMHwXbKb

Philippe Meirieu explique les enjeux de cette réforme et également les conséquences de celle-ci.

Je vous conseille de l'écouter.

vendredi 20 février 2009

Chansons actualisées

Pirouette Cacahuète

Il était un petit homme, Pirouette Cacahuète


Il était un petit homme, qui avait une drôle de réforme, qui avait une drôle de réforme !

Sa réforme est en carton, Pirouette Cacahuète

Sa réforme est en carton, et son projet faut l’oublier, et son projet faut l’oublier !

L’IUFM est en colère, Pirouette Cacahuète

L’IUFM est en colère, car il n’y a plus de postes, car il n’y a plus de postes !

30% de réduction, Pirouette Cacahuète

30% de réduction, et vos enfants le subiront, et vos enfants le subiront !

Sur le Pont d’Avignon

Sur le Pont d’Avignon, la réforme, la réforme,

Sur le Pont d’Avignon, la réforme on lui dit NON !

L’IUFM fait comme ça (cri avec mains autour de la bouche)

Et le gouvernement fait comme ça (« Chut » avec doigt sur la bouche)


Sur le Pont d’Avignon, la réforme, la réforme,

Sur le Pont d’Avignon, la réforme on lui dit NON !

Cette année-là


Cette année-là, le ministère de l’Education

Pensait faire une révolution

Ah quelle année cette année-là !


Cette année-là, le ministère de l’Education,

Avait pour mot d’ordre la suppression

Mais ce n’est pas la solution !


Mais là, l’IUFM entre en action…

IUFM !!!!!!!!!!


(Enchaînement sur le rythme de YMCA)

IUFM, contre la suppression

IUFM, pour l’Education

Un pas en avant, trois pas en arrière

Un pas en avant, trois pas en arrière

C’est la politique du gouvernement


Un pas en avant, trois pas en arrière

Moins de formation pour les enseignants

Un pas en avant, trois pas en arrière

IUFM est là, pour montrer les dents! Rrrrrrr...

Emmenez-moi (de C.Aznavour )

Emmenez-nous au bout de la Terre

Nous révolter contre le ministère

Les IUFM sont nécessaires

Pour pas mettre les profs en galère!!


Emmenez-nous au bout de la Terre

Nous révolter contre le ministère

L'éducation n'est pas à vendre

Darcos ne pourra pas nous la prendre.

A réviser pendant les vacances !!

La presse et nous!!

La presse parle des IUFM, la mobilisation du 19 février était importante. même si l'IUFM d'Avignon n'y a pas participé, on y était par la pensée !! Jetez un coup d'oeil à ces articles.
La PROVENCE

Quelques Actualités du 18 février dans la presse :

-Bouches-du-Rhône : 34 classes fermées et 34 ouvertes (en photos étudiants IUFM Aix et Marseille)
http://www.laprovence.com/articles/2009/02/19/733922-A-la-une-34-classes-fermees-et-34-ouvertes.php

- Carte scolaire : 34 classes fermées, 34 autres ouvertes
http://www.laprovence.com/articles/2009/02/18/733308-Region-Carte-scolaire-34-classes-fermees-34-autres-ouvertes.php

Quelques Actualités du 19 février dans la presse :

- La contestation persiste dans les écoles, les lycées et les facs Publié le mercredi 18 février 2009 à 12H18
Manif des profs aujourd'hui et des enseignants-chercheurs demain
http://www.laprovence.com/articles/2009/02/18/733041-A-la-une-La-contestation-persiste-dans-les-ecoles-les-lycees-et-les-facs.php

- Aix-Marseille : le mouvement étudiant et enseignant se poursuit
http://www.laprovence.com/articles/2009/02/19/734019-A-la-une-Le-mouvement-etudiant-et-enseignant-se-poursuit.php

- Vu sur LCM : enseignants-chercheurs, étudiants et professeurs manifestent important :VIDEO
Aujourd'hui, cortège inédit à Marseille. Enseignants, personnels de l'enseignement supérieur et de la recherche, étudiants... tout le monde était présent pour contester les réformes prévues par le gouvernement.
http://www.laprovence.com/articles/2009/02/19/734193-Region-en-direct-Vu-sur-LCM-enseignants-chercheurs-etudiants-et-professeurs-manifestent.php


La MARSEILLAISE

Quelques Actualités du 19 février dans la presse :

- La démographie pour prétexte
Carte scolaire. L’Inspection académique a reçu les syndicats enseignants du premier degré. Ouvertures et fermetures de classes, Rased et « mis à disposition » étaient en discussion.
http://journal-lamarseillaise.com/content/view/15048/41/

jeudi 19 février 2009

ETAT de la MOBILISATION à l'ECHELLE NATIONALE

Voici un récapitulatif des IUFM mobilisés en France contre la réforme de la formation des enseignants au jour du 18 février 2009, d'après le SNUipp
Réforme de la formation : Etat des mobilisations

Après la manifestation nationale du 10 février dernier, mobilisant les professeurs d'université, les formateurs d'IUFM et les étudiants, les actions se poursuivent dans les universités et les IUFM contre les réformes du statut des enseignants-chercheurs et de la formation des enseignants.

  • Dans l'Académie de Bordeaux, les IUFM de Bordeaux, Pau, Agen, Caudéran, ont tenu des assemblées générales le 10 et 11 février. De nombreux étudiants, stagiaires et formateurs y ont participé. Ces AG ont voté le blocage du concours blanc, et ont organisé la diffusion de tracts (Y compris en direction de l'opinion publique) ainsi que la multiplication d'initiatives locales qui devront se poursuivre après les vacances.
  • A Besançon, le conseil d'administration de l'université a été bloqué par des manifestants et une délégation a été reçue. Le CA a voté le blocage des maquettes de masterisation
  • A Montpellier, le Conseil d'école de l'IUFM a voté plusieurs motions pour la non remontée des maquettes de master.

  • Dans les universités, les mobilisations conduisent presque partout à des votes contre la remontée des maquettes de masters :
    Votes de CA : Besançon, Bordeaux 1, 2 et 3, 4, Brest, Caen, Dijon, Grenoble3, Le Havre, Le Mans, Lille 1, Littoral, Marne-la-Vallée, Montpellier 2, Montpellier 3, Nantes, Nîmes, Paris 3, Paris 4, Paris 8, Paris 12, Paris 13, Pau, Rennes 2, Toulon, Toulouse 1, Toulouse 2, Tours...

Votes de CEVU : Artois, Grenoble 1, Grenoble 2, Limoges, Orléans, Paris 11.

CA ou CEVU non tenus: Angers, Bordeaux IV, Clermont 2, Metz, Nancy 1, Nancy 2, Poitiers (donc pas de remontée de maquettes).

Aix 1, 2 et 3 : blocage par les présidents et les 3 conseils.


Seules les universités d'Amiens, Grenoble 1 et 2 (si le CA est favorable), Reims, Versailles-St-Quentin étaient susceptibles de transmettre au ministère des projets de masters (sur les 83 universités!).



Compte tenu du peu de remontée de maquettes le 13 février (veille de la date butoir), le ministère de l'enseignement supérieur a annoncé « une translation de calendrier », pour ne pas utiliser une seconde fois le terme de report. Les universités auront donc jusqu'au 31 mars pour déposer leurs maquettes de master, que l'AERES devra valider au plus tard le 15 avril.

Ce nouveau calendrier risque d'être difficile à tenir, alors que la DGES annonçait que « le 15 février est une date limite car l'AERES a besoin de deux mois pour expertiser les maquettes afin de donner un avis au 15 avril.»
Dans de telles conditions, on peut s'interroger sur la qualité de cette validation. Mais si le calendrier n'est pas tenu, c'est la campagne d'information sur les inscriptions qui est remise en cause, avec des conséquences importantes pour les étudiants souhaitant s'orienter vers les métiers de l'éducation.
Cette difficulté s'ajoute au manque de clarté pour rendre conforme les masters, alors qu'il n'y a aucun texte réglementaire sur les épreuves du concours et aucune garantie sur les possibilités effectives de stages devant être fournies par les rectorats.

C'est pourquoi le SNUipp avec la FSU, demande le report de la réforme pour la session 2011, avec le maintien du concours dans sa forme actuelle pour 2010 et l'ouverture de négociations. Il rappelle la nécessité de poursuivre et d'amplifier les mobilisations des personnels stagiaires et formateurs dans les IUFM, notamment dans la perspective de la journée d'action du 19 février.

Rappels :
Journée « maîtres formateurs » le mercredi 18 mars.
Pétition FSU formation des maîtres : http://petitions.fsu.fr/?petition=5

Communiqué de presse CDIUFM et CPU

Vous trouverez ci-joint, les derniers communiqués de presse de la CDIUFM et de la CPU.

Ils témoignent d'un front unanime contre la réforme du recrutement et de la formation des enseignants, qui va à l'encontre d'une amélioration de la formation. Les récentes déclarations du Ministre de l’éducation remettant en cause les IUFM et l'ensemble des formateurs, ne font que renforcer le discrédit de cette réforme.




Paris, le 16 février 2009


Lettre ouverte des directeurs d’IUFM

à Monsieur Xavier DARCOS
Ministre de l’Éducation nationale
110, rue de Grenelle
75357 Paris 07
Monsieur le Ministre,
Depuis plusieurs années déjà, la Conférence des directeurs d’IUFM s’est prononcée pour la reconnaissance de la formation initiale des enseignants par un diplôme de master. Ce ne serait que justicepuisqu’ils font au minimum cinq années d’études, que cette mesure leur permettrait une plus grandemobilité européenne, les mettrait plus fortement en relation avec la recherche, et enfin serait une porteouverte à une revalorisation salariale.

C’est pour toutes ces raisons que, lorsque vous avez annoncé les grandes lignes de votre réforme du
recrutement et de la formation des enseignants, nous avons signé, aux côtés de la Conférence des
Présidents d’Université, un protocole d’accord avec votre ministère et le ministère de l’Enseignement
supérieur et de la Recherche.
Mais, dès ce moment-là, nous n’avons pas manqué de dire que cette réforme pouvait être améliorée, que certaines de ses dispositions précises devaient être modifiées, et nous continuerons de faire des
propositions précises et constructives en ce sens.
Quelle n’a pas été notre surprise – et notre indignation – de vous entendre, le 12 février dernier, sur Radio Monte Carlo, dévaloriser la culture universitaire, dévaloriser le travail des IUFM, voire insulter leurs
personnels !
Lorsque vous affirmez que, dans les IUFM, à propos des futurs professeurs, « on leur apprend des
théories générales sur l'éducation », il convient de rappeler que les formations des IUFM répondent à un cahier des charges défini par votre ministère, et qu’avant d’être mises en œuvre, ces formations doivent recevoir l’aval de la commission nationale d’évaluation de la formation des maîtres, actuellement présidée par un recteur d’académie. Il convient de rappeler que, jusqu’à leur intégration à l’université, les conseils d’administration, organes de décision des IUFM, étaient présidés par les recteurs d’académie.
De plus, en fin de formation, ce ne sont pas les IUFM qui évaluent les futurs professeurs mais des « jurys académiques », présidés par des inspecteurs, dans lesquels les IUFM ne sont pas représentés. Comment pouvez-vous insinuer que les futurs professeurs sont si mal formés alors que près de 99% d’entre eux sont titularisés par les jurys que vous nommez ?

Depuis leur création, les IUFM ont été régulièrement critiqués. Face à ces critiques, ils ont beaucoup
travaillé et se sont engagés dans de profondes mutations pour mieux répondre à la commande que votre ministère leur passait et aux attentes des étudiants qui leur étaient confiés. Aujourd’hui, les récentes enquêtes et évaluations montrent que les corps d’inspection, les chefs d’établissement - et plus encore les professeurs débutants eux-mêmes – sont majoritairement satisfaits de la formation dispensée en IUFM.

Au terme des renouvellements des équipes, de l’accroissement des niveaux d’exigence de la formation, de la diversification des stages, l’image des IUFM est devenue positive. Nous sommes étonnés que vos
collaborateurs vous aient si mal informé de ces évolutions notables.
Lorsque vous déclarez que « de temps à autre ils (les futurs professeurs) vont remplacer un
professeur absent », il s’agit là d’une autre contre-vérité. En deuxième année d’IUFM, les lauréats des
concours passent 50% de leur temps de formation en stage, en responsabilité, dans des classes. Les
services de l’administration de votre ministère le savent bien puisqu’ils les utilisent comme moyens
d’enseignement.

Il est vrai que la réforme que vous avez décidée a été, ces derniers temps, fortement contestée.
Cette situation est d’autant plus paradoxale qu’une réforme proposant la reconnaissance de la profession enseignante au niveau master aurait dû faire consensus.

Sans aucun doute, le mode de communication sur ce sujet a fini par créer la défiance. Jamais le moindre texte réglementaire officiel : des discours, des communiqués de presse, des documents dont on ne sait pas vraiment s’ils sont stabilisés ou encore en cours d’élaboration,… des informations distillées au compte-gouttes, au gré d’effets d’annonce successifs, quand ce ne sont pas des rumeurs consécutives à des déclarations de votre entourage, jamais confirmées ou infirmées, et qui peuvent ainsi laisser croire que le discours n’est pas le même selon l’interlocuteur auquel il s’adresse.

Sur le fond, le grand handicap de votre réforme est son caractère compliqué. Cela se traduit par les
difficultés qu’ont aujourd’hui les équipes universitaires à concevoir des masters qui, tout à la fois, doivent
être enracinés sur la recherche, doivent répondre à un cahier des charges relatif au caractère professionnel de la formation, doivent préparer les épreuves d’un concours de recrutement et doivent prévoir la réorientation professionnelle des nombreux étudiants qui ne seront pas lauréats desdits concours. A vouloir poursuivre autant d’objectifs, on risque de n’en atteindre correctement aucun. Les étudiants et la communauté éducative sont très inquiets : ils sont désorientés par une réforme qu’ils ne comprennent pas.

Ce dont, nous-mêmes, les personnels qui sont sous notre autorité, et la communauté universitaire,
les étudiants et leurs parents ont besoin ce ne sont pas des propos désobligeants, mais des réponses
claires à des questions que tous, aujourd’hui, se posent.
Ce dont nous avons besoin, c’est de connaître votre position.
Croyez-vous nécessaire et souhaitable une formation à la fois universitaire et professionnelle pour les
futurs enseignants, comme elle se pratique pour les futurs ingénieurs, juristes, médecins…? Ou bien
estimez-vous que la formation à l’université doive se réduire à un travail sur la (les) discipline(s) à enseigner et que la formation professionnelle doive se limiter aux apprentissages « sur le tas » ?
Nous attendons, Monsieur le Ministre, que vous vous prononciez sur ces deux modèles de formation et,
qu’après concertation, des mesures claires en découlent.

Nous vous prions de bien vouloir croire, Monsieur le Ministre, en notre plus profond respect et en
notre attachement à la cause de l’école de la République.


Le 16 février 2009,
Les 31 directeurs d’IUFM







Communiqué du mercredi 11 février 2009

Le Conseil d’Administration de la CPU réagit à la proposition de médiation sur la réforme du décret de 1984



Le CA de la CPU, à l’invitation de la ministre, a assisté à la présentation de la mission de médiation confiée à Mme Bazy-Malaurie. Remettre sur le chantier le projet de révision du décret de 84 est en effet aujourd’hui indispensable. Toutefois, la CPU exprime de fortes réserves sur la nature et la durée de la médiation proposée, qui ne répondent pas à l’urgence de la situation. Des auditions très nombreuses ont déjà été réalisées par la commission Schwartz et la CPU souhaite que s’ouvrent rapidement des négociations et concertations dans lesquelles elle tiendra toute sa place.
Cette négociation et cette concertation ne peuvent être engagées que si un climat de confiance est restauré dans la communauté universitaire. Cela suppose le rétablissement des postes supprimés, une augmentation pluriannuelle du nombre des emplois et la refonte du modèle d’allocations des moyens.
Cela suppose aussi une meilleure prise en considération des résultats de la recherche française et de la compétence de ceux qui la font, dans les prises de positions publiques des plus hautes autorités de la République.
Cela suppose enfin une gestion mieux maitrisée du temps des réformes : la confusion croissante engendrée par la précipitation dans laquelle la réforme de la formation des maitres a été engagée, en compromet gravement la qualité. Le CA de la CPU demande donc solennellement à Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale, de repousser à 2011 la mise en place des nouveaux concours de recrutement.

Evolution du statut des enseignants-chercheurs, moyens humains à la hauteur des nouveaux enjeux, considération des personnels et qualité de la formation des enseignants sont les conditions indissociables d’une Université moderne, efficace et autonome à laquelle la CPU est attachée.

Contact presse : Sophie Dotaro sophie.dotaro@cpu.fr

mercredi 18 février 2009

Compte rendu de l'AG du 18 février

Ordres du jour :
  • Pic nic party tous les lundi
  • organisation des manif le mardi
  • AG hebdomadaires le mercredi

Points importants à développer :

  • Manif interprofessionnelle le 19 FEVRIER à Marseille et le 19 MARS.

Personne ne représentera l'IUFM d'avignon à la manif de marseille puisque l'on a des cours importants.

En revanche, le 19 MARS on compte bien participer à la manif nationale et se faire 100 % entendre!!

  • NUIT des IUFM à AIX:

Jeudi 19/02 à 18h . Quelques étudiants seront présents et se porteront porte-paroles et coordonnateurs des actions. Départ à 17H30 après les cours.

  • Tract auprès des parents d'école :

Il semblerait que notre tract "il était une fois..."ne soit pas suffisament compréhensible de tous les parents. A l'heure actuelle il est question de le repenser mais pour l'instant on distribuera les tracts que l'on a déjà de prêts en photocopie. (les photocopies se font rares!!)

Aller aux écoles où il y a des fermetures de classes de prévues pour la rentrée 2009, les parents seront d'autant plus sensibles à notre action.

A la rentrée, il faut prendre davantage au sérieux cette action de sensibilisation des parents d'élèves car eux comme nous, sont les principaux concernés de l'avenir de leur enfant. Donc répartition des écoles et on diffuse l'info. Réflechissez à vos dispos dès la rentrée .

  • Recontacter la presse :

Nécessité de recontacter la presse de sorte à les informer qu'on est toujours mobilisé et qu'ils nous oublient pas! Florian se charge de les contacter.

  • Proposition d'une classe "ouverte" :

c'est à dire : simuler l'organisation d'une classe sur une place publique et faire cours de sorte à sensibiliser les gens à la nécessité de la pédagogie. Reste à savoir COMMENT on le met en place, quelle séance, avec quelles chaises et QUAND?

Cette action peut être sympa mais demande à être organisée donc on la garde en mémoire pour courant mars. Toutes idées sont bonnes à prendre. N'hésitez pas.

  • Nécessité :

- de refaire des pancartes pour mettre sur le grillage de l'iufm dès le retour des vacances.

- de refaire des photocopies. Pour le mardi de la rentrée, nous n'avons plus de tracts à distribuer lors de la manif, il faut absolument que pendant les vacances quelques-uns d'entre nous se portent volontaires pour en faire quelques-unes. Les personnes se dévouant, le modèle de tract sera disponible sur vos boites mail.

Actions à venir dès la rentrée :

  • PIC NIC PARTY tous les lundi, PE1, PE2 formateurs sont les bienvenus.

- Temps où l'on peut faire une mise au point de nos actions et de ce qui se passe en France.

- Moment de bonne ambiance qui permet de partager un instant de convivialité et nous sortir la tête de notre guidon : le concours.

  • Manif tous les mardi.

RDV à 12 H dans le hall avec vos gilets jaunes vos pancartes et vos timbales!!! Soyez à l'heure svp de sorte que l'on ne soit pas obligé de courir pour être de retour à l'heure.

Plusieurs actions sur ce temps ont été soulevées : parcours jusqu'à l'IA, jusqu'à place de l'Horloge, jusqu'à la préfecture, Rond point de cap sud et IUFM pour diffuser tract et nous faire entendre, freezing ... .

Toujours dans l'unique BUT d'être visible et se faire entendre tout en informant les gens.

  • AG hebdomadaire :

Pour se mettre au point et décider tous ensemble d'actions éventuelles.

RDV tous les MERCREDI à 13 H. On ne parlera pas plus longtemps qu'une demi-heure de sorte à ne pas gêner les cours, alors n'hésitez pas à venir.

  • Nuit des iufm à Avignon : EN PROJET

Nous avons convenu du LUNDI 16 MARS au soir pour faire "notre" Nuit des iufm.

Ceci va demander de l'organisation, s'il ya quelques volontaires pour nous aider nous les acceptons. Réfléchir aux affiches, aux contacts à avertir, le public convié, ...

Pour ce qui est de l'apéro dinatoire notre pic nic du midi ne se fera pas le midi mais le soir!!!! une feuille tournera pour savoir qui amène quoi.

  • Pancartes :

On appelle à toutes les personnes qui ont de vieux draps à les ramener dès la rentrée pour décorer le grillage de l'IUFM.

Pour la confection de celles-ci, un créneau a été proposé : le lundi dès 15H30 jusqu'à 17h30 au gymnase ; tout le monde est convié à venir faire un tour ne ce serait-ce une demi-heure pour laisser sa trace sur un panneau. Si tout le monde vient faire un tour, les pancartes seront vites faites et seront nombreuses.

Surtout que le jeudi 19 mars il faut que l'on soit au top. gilets jaunes, chansons, pancartes, sifllets etc etc.

Alors pendant les vacances, agissez en tant que futur instit, récupérer CARTONS, DRAPS ET PEINTURES. :)

Les vacances arrivent mais ce n'est pas pour cela qu'à la rentrée tout se sera essouflé. On n'a pas commencé ce mouvement pour s'arrêter là. On compte sur chacun pour se mobiliser et donner un peu de son temps dans les actions ponctuelles bien que l'on ait conscience qu'après les vacances nous sommes partis dans un Marathon.!!

Bon courage à NOUS, et restons mobilisés.

PAS CONTENTS EN COLERE; PAS CONTENTS EN COLERE ... ...

dimanche 15 février 2009

L'unité du gouvernement semble se fissurer

Deux éléments importants :


►1) Tout d'abord un article de France Inter : N. Sarkozy a demandé hier à V. Pécresse de retirer son décret sur l'évaluation des enseignants-chercheurs :

"Recevant hier la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Valérie Pécresse et la médiatrice Claire Bazy-Malaurie, le président de la République a demandé – je cite – “que soient rapidement explorées de nouvelles pistes pour l’évaluation des enseignants chercheurs et l’organisation de leurs services”.

En clair, c’est comme pour la réforme du lycée : on efface tout et on recommence."

À lire sur : http://www.france-info.com/spip.php?article252514&theme=81&sous_theme=133#

La ministre s’est refusée aujourd'hui (15/02) à déclarer "caduc" son projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs, estimant que cette réforme prendrait "le temps qu’il faudra pour être mise en oeuvre". (AFP)

►2) La réponse de la CPU/CDIUFM aux propos de X. Darcos sur RMC le 12/02.
(Extrait du blog du Collectif IUFM de Grenoble)
"Déclaration commune CPU/CDIUFM - Communiqué de presse, le 13 février 2009 :
La CPU et la CDIUFM dénoncent les contre-vérités des déclarations du Ministre de l’éducation nationale et le caractère méprisant de ses propos, tout en rappelant leur attachement commun à une formation des maîtres de qualité sanctionnée par un diplôme de master. Les présidents d’université et les directeurs d’IUFM considèrent que les propos du Ministre insultent tous les personnels aujourd’hui engagés dans une formation des maîtres qui répond à un cahier des charges national et qui est évaluée par une commission nationale présidée par un recteur. Cette formation fait alterner des activités de formation et d’enseignement avec : un stage en responsabilité dans un des cycles de l’école primaire d’une durée de trente jours, à raison d’un jour par semaine et deux stages en responsabilité de trois semaines chacun dans les autres cycles de l’école primaire, pour les professeurs des écoles ; un stage en responsabilité représentant de 6 à 8 heures par semaine en collège ou en lycée pour les enseignants du second degré. Il est donc totalement mensonger de prétendre que « temps à autre, ils vont remplacer un professeur absent » et de comparer cette formation à une vulgaire simulation de vol. Les présidents d’université et les directeurs d’IUFM rappellent que le ministère de l’éducation nationale n’a pas apporté toutes les réponses qu’il s’était engagé en septembre à fournir très rapidement, que les maquettes des concours n’ont été connues qu’en décembre et les premières modalités de stage à la mi-janvier. Ces délais tardifs et ces imprécisions ont largement contribué à empêcher un travail serein sur les programmes de masters. Présidents d’université et directeurs d’IUFM réaffirment ensemble leur attachement de fond à une formation des enseignants universitaire et professionnalisée et ne considèrent pas qu’une réflexion collective et approfondie sur la formation des maîtres du 21ème siècle relève d’une « discussion sibylline ».

aration commune CPU/CDIUFM - Communiqué de presse, le 13 février 2009 :
La CPU et la CDIUFM dénoncent les contre-vérités des déclarations du Ministre de l’éducation nationale et le caractère méprisant de ses propos, tout en rappelant leur attachement commun à une formation des maîtres de qualité sanctionnée par un diplôme de master. Les présidents d’université et les directeurs d’IUFM considèrent que les propos du Ministre insultent tous les personnels aujourd’hui engagés dans une formation des maîtres qui répond à un cahier des charges national et qui est évaluée par une commission nationale présidée par un recteur. Cette formation fait alterner des activités de formation et d’enseignement avec : un stage en RESPONSABILITE dans un des cycles de l’école primaire d’une durée de trente jours, à raison d’un jour par semaine et deux stages en responsabilité de trois semaines chacun dans les autres cycles de l’école primaire, pour les professeurs des écoles ; un stage en responsabilité représentant de 6 à 8 heures par semaine en collège ou en lycée pour les enseignants du second degré. Il est donc totalement mensonger de prétendre que « temps à autre, ils vont remplacer un professeur absent » et de comparer cette formation à une vulgaire simulation de vol. Les présidents d’université et les directeurs d’IUFM rappellent que le ministère de l’éducation nationale n’a pas apporté toutes les réponses qu’il s’était engagé en septembre à fournir très rapidement, que les maquettes des concours n’ont été connues qu’en décembre et les premières modalités de stage à la mi-janvier. Ces délais tardifs et ces imprécisions ont largement contribué à empêcher un travail serein sur les programmes de masters. Présidents d’université et directeurs d’IUFM réaffirment ensemble leur attachement de fond à une formation des enseignants universitaire et professionnalisée et ne considèrent pas qu’une réflexion collective et approfondie sur la formation des maîtres du 21ème siècle relève d’une « discussion sibylline ».
Le gouvernement recule face à notre mobilisation mais ce n'est pas parce qu':
- il a "stoppé" la réforme des enseignants chercheurs" (revendication des universités)
- il a repoussé le délai de dépôt des maquettes que le combat est terminé
Bien au contraire il faut continuer de se battre et tenter d'obtenir la non mise en place des Master enseignements dès septembre prochain, ceci est beaucoup trop précipitée d'autant plus quant on sait l'impact qu'à l'école sur les comportements des futurs citoyens.
RESTONS MOBILISES

samedi 14 février 2009

Report au 31 mars le dépôt des maquettes de Master

Communiqué de Sauvons l’université (SLU) sur le délai accordé pour le dépôt des maquettes des masters “métiers de l’enseignement
Samedi 14 février 2009,
Quelques jours après la nomination par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche d’une médiatrice chargée de “régler” en deux mois la question du projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs, l’AERES annonce elle aussi, quarante-huit heures seulement avant la date fixée pour la remontée des maquettes (c’est-à-dire les documents décrivant le contenu et l’organisation de la formation) des masters “métiers de l’enseignement”, un délai supplémentaire de deux mois, courant jusqu’au 31 mars 2009, pour répondre aux “nombreuses demandes de délai supplémentaire” — l’AERES se donnant ensuite quinze jours pour évaluer lesdites maquettes !
Or à ce jour, sur 83 universités, seules quelques-unes sont susceptibles d’accepter de remonter ces maquettes, les autres ayant refusé de le faire.
La manœuvre est grossière : il ne s’agit que de gagner du temps. Sans qu’aucune négociation ait été engagée sur la réforme de la formation et du recrutement des enseignants, et après des commentaires insultants de la part du ministre de l’Education Nationale à l’égard des formateurs, ce nouveau délai (rappelons que les maquettes devaient initialement être transmises fin décembre) relève d’une forme de chantage indigne du gouvernement de la République.
Revoir les critères d’évaluation, comme le suggèrent deux mots expéditifs du chef de l’Etat à propos du statut des enseignants-chercheurs, ne nous fera pas céder sur la “masterisation”. Les critiques émises par l’ensemble de la communauté universitaire à l’encontre de la réforme de la formation des enseignants du primaire et du secondaire ne concernent pas tant le calendrier de sa mise en œuvre que les principes sur lesquels elle repose.
Tant d’aveuglement, de mépris et d’improvisation concernant une question centrale pour l’avenir de l’école et de notre société ne peut que confirmer notre position. Les avis des conseils centraux des universités, dont nombre d’entre nous font partie, ont été mûrement réfléchis : ils ne se dédiront pas. Nous n’entrons pas dans ce jeu de dupes et, comme l’ont fait de nombreux présidents d’universités, nous continuons à demander le retrait de cette réforme.
14 février 2009

vendredi 13 février 2009

Pour la petite histoire ....

Il était une fois ...




Une histoire qui se déroulait en Avignon : une bande de jeunes étudiants vétus d'un gilet jaune défilaient dans les rues d'Avignon sous un air chaleureux





D'un pas élancé ils se dirigèrent vers la place de l'Horloge : Place de la Mairie











Mais dans le souci de se faire entendre; ces étudiants exercent leurs cordes vocales sous le siège de "La Provence"

(Pirouette cacahuète,
sur le pont d'avignon ... :
registre classique, pour des instits, non ?)




Pour enfin glorifier sur la place de l'Horloge avec la célèbre chorégraphie typique de l'IUFM d'Avignon.



FIN


Les futurs PE, IUFM Avignon




Suite au prochain épisode.

Vidéo : non remise des maquettes

Voici un aperçu de ce que ça peut donner une cérémonie... sans V.pécresse mais avec les CRS.

http://www.youtube.com/watch?v=XFYWVUJWAzc&eurl=http://iufmparis.canalblog.com/archives/2009/02/13/12523518.html

Juste un mot: il y a de la concurrence dans les chansons, mais pas dans la chorégraphie Merci Kamel Ouali =)


France culture parle de cette cérémonie et explique les conséquences de la réforme : http://dl.free.fr/phP0j1wLI

Ce qui se passe à l'IUFM de Marseille


Bonsoir à tous

Je me permets de vous envoyer ce message pour vous tenir informé de l’action de l’IUFM de Marseille

Aujourd’hui vendredi 13 février :
Les pique-niques de l’IUFM
Qu’est ce que c’est ?
C’est la réunion de tous les étudiants devant l’IUFM entre 12h et 14h avec sa gamelle, son déjeuner en setting avec gilet jaune et brassard rouge, pour sensibiliser les passants aux problèmes de la formation des enseignants.
Résultats d’aujourd’hui ? Très positif, il y avait un grand nombre d’étudiants qui ont bravé le froid pour grossir les rangs et MERCI A TOUS ! De plus, beaucoup de passants se sont intéressés à nos revendications et le dialogue s’est noué de façon constructive et instructive pour eux. Certains étudiants sont venus avec des draps ou des couvertures ce qui est un visuel très fort.
Nous avons chanté nos chansons "made in IUFM", les gens ont adoré, certains nous ont accompagnés... Nous avons aussi bloqué les trams quelques instants pour coller des affiches pour que les gens à l'intérieur puissent les lire pendant leur trajet. Les agents de la RTM sont très coopératifs.


Et après ?
Après ! Renouveler cette expérience dès Lundi 16 février entre 12h en 13h30 et ainsi de suite toute la semaine prochaine, avec j’espère encore plus d’étudiants et encore plus de couvertures ou autres pour rendre cette action encore plus visible. Mercredi 19 février entre 12h et 14h faire différents ateliers (EPS, Arts plastiques, Chorale, Lecture d’albums…) pour les enfants de la Canebière en disposant du matériel dans l'avenue (tables, chaises ...). Toutes les actions seront les bienvenues !!

Pour ceux qui ont fait des photos aujourd’hui : Pouvez-vous les ajouter sur le groupe facebook suivant : http://www.facebook.com/home.php?#/group.php?gid=49613877105

Autres actions envisagées à l'AG du 12/02 :
Mobiliser les parents d'élèves : tracts spécifiques à la sortie des écoles.
Informer les élus des petites communes qui ne sont pas au courant : lettre type.
Sensibilisation au sigle IUFM.
Action commune entre les IUFMs de FRANCE attendue impatiemment...

Bon courage à tous.
Les étudiants de l'IUFM de Marseille

PARIS, LYON, MARSEILLE : Cérémonies de non-remise des maquettes

Aujourd'hui Vendredi 13 février, dans plusieurs villes de France (Paris, lyon, Marseille...) étaient organisées des céremonies de NON-remises des maquettes.
Pour rappel : les maquettes de Master de l'enseignement devaient être remises avant le 15 février.
En revanche d'autres ont été remises comme à Grenoble. Regardez ce qui l'en est de la situation à grenoble :
Au 12 février :
Le Conseil d’Administration de l’Université Pierre Mendès France vient de voter pour faire remonter les plaquettes de master “mention éducation et formation” spécialité “enseignement primaire - sciences humaines et sociales”.
Ce vote s’est fait malgré l’avis négatif du CEVU-UPMF. Il s’est aussi fait malgré la présence à l’ouverture du CA d’un certain nombre d’étudiants et de professeurs des écoles stagiaires (de Grenoble et de Privas ! ).
Regrettons cette décision mais restons mobilisés…

Ce matin… Au 13 février 2009, 11:42

Ce matin nous sommes allés remettre en main propre au président de l’Université Joseph Fourrier dont dépend l’Institut Universitaire de Formation de Maîtres de Grenoble la pétition suivante qui a recueilli environ 600 signatures :
“Mesdames, Messieurs les administrateurs,
Lors du dernier conseil d’administration, vous avez, par un vote positif, approuvé le rendu des maquettes de master « formation des enseignants » au ministère.
Les personnels de l’UJF, stagiaires et étudiants soussignés, tiennent à vous faire savoir combien cette décision leur paraît inopportune. Vous donnez par là un signe fort à nos gouvernants, qui savent désormais que l’on peut imposer une réforme à la hussarde dans des conditions de délais caractéristiques d’un mépris souverain de la communauté universitaire et des futurs enseignants du pays. Par votre vote, vous signifiez aux étudiants directement concernés, qui ont clairement manifesté leur opposition à cette réforme, que leur point de vue était de peu de poids. Et vous désavouez de même les deux votes sans ambiguïté du CEVU, donnant aux électeurs une indication significative quant au respect que méritent les travaux de cette instance.
Faire obstacle à cette remontée de maquettes, à l’unisson d’un très grand nombre d’universités, particulièrement en Rhône-Alpes et à l’Université Stendhal, était pour nous une manière de relever la tête face aux agressions contre le système éducatif, dont cette réforme inique fait partie.
Par le vote de son CA, l’UJF se place une fois de plus parmi les universités qui courbent l’échine encollaborant à une régression sans précédent dans le fonctionnement du système éducatif.
Au lendemain de ce vote, nous ne sommes pas très fiers de notre université.”
Cette déclaration est une initiative d’élus du CEVU et du CA de l’UJF. Elle a d’ores et déjà le soutien du SNESUP, du collectif IUFM de GRENOBLE, de FacVerte et de l’UNEF.”
Une rencontre entre le président de l’UJF et une délégation d’enseignants-chercheurs, d’universitaires et de représentants de l’IUFM de Grenoble a donc eu lieu. Une discussion d’une heure environ s’est engagée. Il en ressort que la présidence de l’UJF soutient le vote du Conseil d’administration dans le sens où il défendrait “l’avenir” de l’UJF l’an prochain. C’est donc le parti de la concurrence entre les universités qui a été retenu plutôt que celui de la concertation au profit des futurs étudiants formés au sein de ce master.

Espérons tout de même que la pétition et les signatures qu’elle a recueilli montrera que nous sommes nombreux à réflechir sur la masterisation et que sur ce sujet tous les avis ne sont pas unanimes…
Ce n'est pas parce que quelques maquettes remontent aux présidents des universités que nous, étudiants PE devont baissés les bras. N'oublions pas que ce qui est le plus ahurrisant, outre le contenu de la formation Master, est la mise en place précipitée (dans 6 mois) d'un contenu mal connu.
Continuons à lutter de sorte que cette volonté de recruter les PE à Bac + 5 soit une idéé qui mûrisse et qui soit raisonnée en vue d'une amélioration de la formation et non d'une détérioration.

X.Darcos sur RMC, accrochez-vous !

jeudi 12 février, 14h 19, RMC.

J'ai l'impression que le ministre se moque de nous !!! C'est purement révoltant !

Vous trouverez ci-dessous la transcription d'une interview de X Darcos. Sidérant!!!

Il faudrait sans doute demander aux stagiaires s'ils se contentent de "remplacer de temps à autre un professeur absent" et s'ils ont l'impression d'être dans un "simulateur de vol". Alors que c'est précisément ce que met en place sa réforme. A ce point de mensonge et de mauvaise foi...Xavier Darcos ne voit "aucune raison de repousser" la réforme de la formation des enseignants
Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos a affirmé jeudi sur RMC qu'il n'y avait "aucune raison aujourd'hui objectivement de repousser" la réforme dela formation et du recrutement des enseignants, comme le lui ont demandé les présidents d'université."Il n'y a aucune raison aujourd'hui objectivement de repousser cette réforme", a déclaré le ministre. La Conférence des présidents d'université (CPU) a demandé jeudi à M. Darcos "de repousser à 2011 la mise en place des nouveaux concours de recrutement". Cette réforme devait entrer en vigueur en 2010."On va les trouver, les gens pour passer nos concours", a estimé M.Darcos. "Moi, je n'ai pas absolument besoin d'entrer dans des discussions sibyllines avec les préparateurs à mes concours. Je suis recruteur. Je définis les concours dont j'ai besoin. Je garantis la formation professionnelle des personnels que je recruterai. Après, que chacun nous suive ou pas...", a-t-il dit."Je rappelle à la CPU qu'elle a signé un protocole avec moi, demandant que la réforme se fasse à la rentrée 2010. Nous n'avons pas signé tous seuls la masterisation des concours. Moi je ne cherche pas à tout prix à faire un conflit avec tout le monde, mais la masterisation c'est un sujet d'intérêt général" et "c'est dans l'intérêt des professeurs eux-mêmes (...) et évidemment des élèves", a ajouté M. Darcos". Nous trouverons des mesures transitoires pour l'année 2009-2010, 2010-2011, que l'on fasse les choses plus progressivement, de sorte que l'on ne coince personne", a-t-il encore précisé. Dossier conjoint des ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, cette réforme prévoit qu'à partir de 2010, les enseignants des écoles, collèges et lycées seront recrutés au niveau "master 2" (bac +5), et les néo-titulaires seront revalorisés.

jeudi 12 février 2009

Ca bouge ailleurs!!

Pour info: le Conseil Administratif de l'université de Besançon a voté mardi le blocage de la remontée de toutes les maquettes de master enseignement après une importante mobilisation des étudiants, et aujourd'hui le Conseil Administratif de l'université de Bourgogne en a fait autant, grace à la mobilisation des étudiants également ...

Continuons à nous mobiliser et notre petit pas de revendication sera un grand pas pour l'avenir de l'école.

Les médias parlent de nous ... [2]

La Marseillaise, le mardi 10 février 2009

Vaucluse Matin, le 10 février 2009





le 11 février, Avignews








les médias parlent de nous ... [1]

Midi Libre, le 9 février 2009

Midi libre, le 10 février 2009

Ce qui se passe à l'IUFM d'Aix

Voici un résumé de ce qui est fait à l'IUFM d'aix :

ACTIONS PREVUES :

- FREEZING!!!!! Vendredi 13 février
Principe du freezing :
s'immobiliser dans un lieu public pendant quelques minutes comme des statues dans des positions d'actions diverses et variées.Le But: provoquer un vrai buzz, être visible par toute la population, faire parler nous !!
Comment: vêtus d'un tee-shirt blanc avec IUFM inscrit devant et derrière que nous cacherons sous une veste, nous partirons de l'IUFM pour nous rendre en grand nombre dans un lieu public, au signal (qui sera déterminé demain matin à l'IUFM d'Aix à 11h15), tout le monde quittera sa veste en même temps et s'immobilisera pendant quelques minutes jusqu'au signal de fin.Donc RENDEZ-VOUS DEMAIN VENDREDI 13 FEVRIER à 11H15 AU FOYER munis de vos tee-shirts que vous vous procurerez par vos propres moyens (il y en a pour 3 euros chez décathlon)VENEZ NOMBREUX, la presse sera présente.
En fin de matinée, le groupe média/internet a reçu une journaliste de La Marseillaise:
- les revendications (masterisation, suppression de poste...) ont été exposées
- le mouvement étudiant et son organisation (groupes de travail, mobilisation...) ont été présentés
- les actions passées et à venir ont été expliquées.
L'article paraîtra probablement samedi. La journaliste s'est engagée à nous envoyer un photographe pour le freezing de demain!!

- Manifestation mercredi 18 février
manifestation mercredi 18 février devant l'Inspection d'Académie à Marseille bd Nedelec (1er arrondissement) avec présence des IUFM de Marseille, d'Aix, d'Avignon... et des syndicats de l'enseignement

- Nuit de l'IUFM d'Aix
jeudi 19 février à partir de 19h, les détails seront publiés d'ici peu, tout le monde y est convié!!!


Compte rendu de l'assemblée générale du mercredi 11 février

1 - Point sur la manifestation de mardi 10 février

Cortège = 2000 à 3000 personnes. Tous les IUFM de l'académie étaient présents sauf Avignon qui n'a pas pu faire le déplacement.Les informations ont été relativement relayées... Du boulot reste à faire sur la communication avec les médias...

Le trajet menait au rectorat où une délégation a été entendue. La délégation était composée de 8 personnes dont 3 représentants étudiants Albin, étudiant à la fac de droit, UNEF; Marie PCL2, SNES; Pascal, représentant des 4 IUFM de l'académie, sans étiquette.
Un Rappel des revendications a été fait :
- Arrêt des suppressions de postes.
- Réouverture des listes complémentaires
- Abrogation du projet de masterisation en cours
- Etat de la mobilisation dans les IUFM --> Le représentant du recteur alors présent a affirmé qu'il ferait remonter le contenu de cette entrevue au cabinet du ministère.

2- Les actions :

- L'occupation des locaux a permis au groupe action de pouvoir se réunir et agir : des tracts informatifs ont été distribués, des contacts avec les différents sites de l'IUFM ont été pris participation à la «nuit» de l'IUFM de Marseille, lundi, 18h = information, union Prise de contact avec le SNU IPP

- Préparation de la journée du 18 février Céline, représentante du SNU IPP : Invitation à un mouvement commun le mercredi 18 février à 13h30 devant l'inspection académique de Marseille (personnels du 1er et 2nd degré, étudiants IUFM, formateurs...)

- Albin, étudiant en droit, représentant de l'UNEF : point sur la mobilisation autour de l'IUFM Fac de lettres, IUT, IEP, IUFM, Fac St Charles, Luminy, Fac de droit = le monde de l'éducation est en colère !!!

Proposition d'action commune (péage gratuit...) :
PE1 : Appel à une meilleure mobilisation de l'IUFM
Représentant de la CGT : Il faut s'unir, montrer à Sarkozy notre présence, notre mobilisation
PE1 : Quand se réunit-on pour proposer des réformes ?
Barbara : Une proposition de constituer des États généraux pour faire remonter une contre réforme a été donnée
Josiane, maître E : Formation des RASED alors que suppression...

3- Parole aux formateurs

Christine Felix : les formateurs se mobilisent et étaient présents lors de la manifestation.
Un noyau fixe est crée et de plus en plus de formateurs le rejoignent Formation de comité de coordination de formateurs

Marie-Thérèse Figueroa : Point sur la mobilisation d'Avignon qui est visible et organisée. Le problème des formateurs c'est qu'ils travaillent sur plusieurs sites...

Bernard Chiroll : décision des formateurs: Se faire entendre, réfléchir à comment passer dans les médias, se réunir tous les jours, Utilisation d'ESPAR
Le mouvement doit s'inscrire dans la durée

Mme Donck (?) : Proposition de la création d'un groupe qui réfléchirait à la préparation du concours avec la mobilisation : appel aux formateurs et aux étudiants

4- Les questions soulevées lors de l'AG :

- Occupation = Site ouvert à tous. Accès libre. lieux de dialogue, d'échanges Cours occupés
- Mobiliser les gens sans quoi sentiment d'injustice pour ceux qui se lèvent le matin pour aller occuper l'IUFM
- PCL 2 : Pas de mobilisation en 2ème année, angoisse de la titularisation, comment les mobiliser ?
- PE1 : Faire un roulement pour s'organiser et pouvoir être plus nombreux en présence
- Charly (Nice) : LRU Nice 2008 = occupation citoyenne des locaux : débat, acteurs de la culture etc...
- PCL2 anglais : sensibiliser les deuxièmes années par mail, se procurer les listes
- PE1 : les formateurs nous soutiennent, il faut s'organiser avec eux !

5- Les votes :

Les résultats du vote ont été communiqués sur Facebook et le blog.
L'IUFM est en grève et occupé jusqu'à lundi, prochaine AG décisionnelle.
Les formateurs sont en grève jeudi et vendredi.

Votes :

Abrogation de la réforme :
POUR: 180 personnes-
CONTRE: 15 personnes-
ABSTENTION: 5 personnes-
NE SE PRONONCENT PAS: 4 personnes

Occupation du site de l'IUFM d'Aix jusqu'à Lundi prochain:
POUR: 121 personnes
CONTRE: 87 personnes
ABSTENTION: 10 personnes

Grève des formateurs:
POUR: 23 formateurs
ABSTENTION: 1 formateur

Voilà, je pense que l'essentiel y est.

COMMENTAIRES à LA SUITE DE CETTE LECTURE

Je pense que cette lecture nous donne des idées d'actions :
- Pourquoi l'iufm d'Avignon ne ferait-il pas un freezing ?
et autant que possible il faudrait se coordonner dans nos actions de sorte que notre mouvement prenne de l'ampleur et ainsi fera parler de nous à l'échelle nationale
- organiser une "nouvelle" nuit des IUFM à Avignon, au lieu de descendre à Aix (surtout que la veille on sera déjà en vadrouille!)

On reparle de tout ça lundi pendant le PIC NIC party, Venez nombreux, votre présence permettra d'échanger sur moultes points de vue face à cette mobilisation grandissante.


-

mercredi 11 février 2009

Tribune du Monde, le 10 février.

Une tribune percutante du Monde pour protester contre la réforme de la formation des enseignants. Notre mobilisation commence à produire ses premiers effets : une visibilité dans les médias nationaux.
La sensibilisation du grand public (des parents d'élèves surtout) est primordiale. Maintenant, il faut poursuivre le mouvement pour que les choses bougent vraiment !
Voici le lien :
ou l'intégralité de l'article :
Formation des professeurs : parents d'élèves, si vous saviez...> LE MONDE 10.02.09
>> Le projet de réforme de la formation des maîtres entraînera un dramatique recul pour notre école publique. Qu'on en juge !
Aujourd'hui, après la licence et une année de préparation duconcours, les lauréats ont le statut de professeur stagiaire. Ils sont rémunérés durant leur cinquième année d'étude et leur formation se déroule en alternance dans des écoles internes d'universités, les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) et dans des établissements scolaires.
C'est ainsi que les futurs professeurs des écoles se voient confier des élèves, en pleine responsabilité, lors de stages occupant un tiers de l'année, dans trois classes différentes.
Ce n'est pas parfait. Cette formation est trop courte, elle souffre d'une insuffisante prise en compte des gestes professionnels,d'une trop faible articulation entre la pratique et les apports qui l'éclairent (savoirs disciplinaires, didactique, pédagogie, psychologie, sociologie, histoire de l'école...).
Nous ne nous satisfaisons donc pas du statu quo : il faudrait concevoir une formation professionnelle plus longue, qui donne toute sa place à la formation universitaire et joue à fond la carte de l'alternance.
Fallait-il donc rayer d'un trait de plume le système actuel, sans aucune évaluation préalable, et le remplacer aussi vite par un autre, différent et sans équivalent ailleurs ? Qu'il faille dispenser une formation disciplinaire de large spectre aux futurs enseignants dans les deux années suivant la licence pour les rendre capables d'intégrer de nouvelles connaissances dans leur enseignement tout au long de leur carrière, cela fait consensus. Qu'il faille renforcer leur formation sur les plans didactique et pédagogique, cela aussi est incontestable. Et que l'on reconnaisse ce plus haut niveau de formation par la délivrance d'un master en est une suite logique.
Mais la condition impérative pour que cela soit possible, c'est le maintien de la formation par alternance. Or ce n'est pas du tout ce que prévoit le nouveau dispositif, applicable dès septembre. Pendant leur formation, les étudiants ne disposeront au mieux que d'un mois de stage pour s'exercer au métier, mais tous n'en bénéficieront pas car il n'est pas obligatoire d'en prévoir dans le cursus. Et comment le pourrait-on quand le ministère promet 40 000 stages pour...150 000 étudiants ? Heureusement d'ailleurs pour les rectorats, bien incapables de répondre à la demande, notamment dans les académies qui ont le plus de candidats.
Et même quand les étudiants auront un stage, leur obsession légitime sera de réussir le concours : ses épreuves se situent en janvier et juin de la 2e année de master. Et il est évident que leur préparation empêchera aussi de s'engager dans les recherches qu'exige le mémoire de master. Ensuite, après cette "formation", les débutants devront assurer seuls, sans accompagnement véritable, un enseignement à plein temps à l'année.
Ainsi le professeur des écoles qui aura fait un stage d'un mois (dans le meilleur des cas) au CM1 pourra se voir confier, sans expérience préalable, un CP ou une classe de maternelle ! Et le jeune professeur de maths ou d'histoire qui aura pu s'entraîner quelques heures (mais pas toujours) dans une classe de 1re devra enseigner d'emblée à cinq ou six classes allant de la 6e à la 3e dans un collège de banlieue !
Premiers pas inoubliables dans le métier... Donnerait-on le permis de conduire à des candidats qui n'auraient jamais pris le volant ? Que dirait-on d'une formation d'infirmières qui apprendraient dans les livres à faire les piqûres ?
C'est pourtant ce que le ministère s'apprête à décréter. Les conséquences sont hélas prévisibles : les débutants auront du mal à gérer la classe et, malgré eux, ils mettront souvent leurs élèves en difficulté. Les inspecteurs et les chefs d'établissement seront submergés de plaintes, le pourcentage de démissionnaires augmentera, on créera des "cellules de soutien psychologique"...
Cette réforme réussit par ailleurs le tour de force de susciter simultanément de légitimes inquiétudes quant au niveau de maîtrise des disciplines par les futurs enseignants, notamment en raison d'une conception hybride des épreuves des concours. La réduction de leur nombre (pour faire des économies) empêchera de s'assurer que les lauréats maîtrisent bien les savoirs et compétences nécessaires pour enseigner les disciplines scolaires. Le comble est atteint avec le concours de professeurs des écoles, qui n'aura plus d'épreuve pour vérifier de façon fiable leur capacité à enseigner le français !
Enseigner est un métier qui s'apprend, et qui s'apprend continûment, en même temps qu'une fonction sociale qui exige une permanente mise à jour des connaissances. Or, non seulement le projet ne dit rien de la formation continue des professeurs du secondaire, déjà si restreinte, mais il la met en péril dans le primaire. En effet, actuellement, les professeurs des écoles peuvent bénéficier de la formation continue parce que, lors des stages de formation initiale, leurs jeunes collègues les remplacent dans leur classe. En divisant par trois la durée de ces stages, on anéantit la formation continue. On tourne le dos aux conditions du progrès de l'école.
La logique globale semble d'abord budgétaire : la suppression du statut de fonctionnaire stagiaire rémunéré équivaut à un plan social de 20 000 postes. Ce sera aux familles de payer les études... Du moins, celles qui le pourront. Cette logique est injuste.
Mais le projet met aussi à mal l'égalité territoriale. Le caractère national des concours est fragilisé, dans les départements ruraux, l'existence des sites IUFM installés dans les anciennes Ecoles normales est menacée et le gouvernement a engagé les universités dans une concurrence sauvage : on ne peut plus être sûr qu'on formera les mêmes enseignants d'une région à l'autre ou au sein d'une même région tant les conceptions du métier varient d'un projet à l'autre. Est ainsi en train de se rompre le lien consubstantiel établi depuis Jules Ferry entre l'école, les maîtres et la République, celui d'une formation définie et maîtrisée par l'Etat. Nous assistons à la dénationalisation de la formation des maîtres, le coeur de l'école publique.
Pourquoi les citoyens ne sont-ils pas informés de cette réforme essentielle ? Pourquoi le Parlement n'en est-il pas saisi ?
Depuis l'automne, ce projet fait l'unanimité contre lui. La plupart des universités ont demandé un moratoire pour permettre que s'engage une négociation sérieuse autour d'une vraie réforme, plus nécessaire que jamais, à un moment où le métier est de plus en plus difficile. Mais elles ne sont pas entendues.
Pour l'instant, cette obstination a un résultat évident : la pagaille dans le monde universitaire. Le retour des projets de master est imposé pour le 15 février, mais les dernières précisions du ministère datent du 15 janvier et les textes officiels sur les épreuves des concours ne sont toujours pas parus...
Que faire devant tant d'irresponsabilité et tant d'irrespect envers les acteurs de la formation ?
Au regard des délais, il n'y a plus d'autre solution : les parents d'élèves, appuyés par les parlementaires et les élus locaux attachés à la qualité de notre école, doivent demander l'arrêt d'urgence de ce train fou. Nous en sommes convaincus, le gouvernement devra alors cesser de s'entêter et retirer sa "réforme", maintenir une année de plus les concours actuels, prendre le temps d'évaluer l'existant et organiser l'indispensable négociation.
C'est l'esprit républicain et c'est le simple bon sens. Mais il faut agir vite.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Sylvie Clabecq, professeur IUFM Pays de Loire, université de Nantes ;
Guy Couarraze, président de l'université Paris-Sud-XI ;
Claudine Garcia-Debanc, professeur des universités, IUFM de Midi-Pyrénées,
université Toulouse-II-Le Mirail ;
Sylvain Grandserre, professeur des écoles, directeur (Seine-Maritime), prix Louis Cros 2007 ; Hervé Hamon, écrivain, auteur de "Tant qu'il y aura des profs";
Jean-Jacques Hazan, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves de l'école publique ;
Philippe Joutard, historien,ancien recteur ;
Jean-Pierre Kahane, mathématicien, membre de l'Académie des sciences ;
Georges Molinié, président de l'université Paris-IV (Sorbonne) ;
André Ouzoulias, professeur agrégé, IUFM de Versailles,
université de Cergy-Pontoise ; Sylvie Plane, professeur des universités, IUFM de Paris, université Paris-IV.

mardi 10 février 2009

Compte rendu de l'AG du 10 février

Cette AG qui se fût conviviale, en plein air, au soleil et autour de friandises met un terme au blocage des cours mais pas à nos actions. Restons mobilisés.

Reprise des cours demain mercredi 11 février mais la mobilisation continue.
On va en cours avec nos gilets jaunes. ON COMPTE SUR VOUS.

1- Nous avons convenu d'un créneau disponible pour continuer la mobilisation à travers des actions ponctuelles.

A savoir : le mardi

Les cours s'achèveront à 11H30 le matin et reprendront à 14H l'après-midi; les formateurs étant prévenus.

Action ponctuelle le MARDI : Action devant l'IA à 12H15 pour se faire entendre et se montrer.

Tous ensemble et TOUS avec nos gilets jaunes!

2- Nous avons décidé d'aller Mercredi 18 février après-midi à AIX, une action au rectorat d'Aix est prévu avec les 4 IUFM de l'académie. (aix, marseille, digne et nous)
Les personnes intéressées sont les bienvenues, inscription au panneau à l'IUFM.

A noter, les cours de l'après-midi seront maintenus par les formateurs concernés, reste à chacun de prendre ses responsabilités.(récupération des cours, ...)
3- Au lieu de manger son repas en individuel à la cafèt, nous nous tournons vers la convivialité :
un "PIC-NIC Party" est organisé à la cafétéria afin de partager un repas et d'échanger.
Tout le monde est bienvenu y compris les PE 2 et les formateurs.

Venez au PIC-NIC Party le lundi 16 Février à partir de 12H à la cafétéria.
Chacun amène un petit quelque chose (sucré, salé, boisson) s'inscrire sur l'affiche à l'IUFM

4- Nous avons mis en place un panneau d'affichage dans le hall de l'IUFM qui a pour but d'informer des actions à venir et d'illustrer, à travers les articles de presse et quelques photos les actions déjà réalisées.

Jetez-y un coup d'oeil, ça vaut le coup!!!


Bonne continuation à tous.

IUFM Avignon : notre banderole favorite de nouveau en action !

Action du 09 Février 2009... EN VIDEO!!!


Mobilisation IUFM Avignon #2 from Bolton (François B.) on Vimeo.

lundi 9 février 2009

Action du 09 Février 2009

A l'assaut du "Pont d'Avignon" avec LA banderole de l'IUFM Avignonais!






dimanche 8 février 2009

Communiqué de presse

Communiqué de presse par les étudiants de l’IUFM d'Avignon :

Les étudiants de l’IUFM sont en colère. Le gouvernement actuel met en danger leur propre avenir mais aussi celui des élèves de l’école primaire.

Deux revendications principales se dégagent :

- mettre un terme à l’importante réduction du nombre de postes mis au concours en 2009 ;

- retarder, pour l’améliorer, la mise en place précipitée, dès la rentrée 2009, de la nouvelle formation des enseignants sous la forme d’une mastérisation (bac + 5) dont la dimension professionnalisante est nettement insuffisante.

Depuis 3ans, le nombre de postes ne cesse de baisser :
De 2006 à 2007, 1000 postes supprimés.
De 2008 à 2009, 3000 postes supprimés.
Alors qu’un constat s’impose : les classes sont de plus en plus surchargées et les départs à la retraite non remplacés.

Le concours actuel, préparé en IUFM, va être supprimé pour être remplacé par un nouveau concours moins professionnalisé doublé de deux années de master assurées par l’université dont on ne connaît toujours pas le contenu alors que ces nouvelles formations doivent démarrer à la rentrée 2009.
Il semblerait que la précipitation prévale sur la réflexion…
Dès 2010, les futurs enseignants devront être titulaire d’un master (2 années après la licence) et réussir un concours dont les contenus ne seront pas forcément en adéquation avec le master.
Enseigner est un métier qui s’apprend, la formation théorique est indispensable mais elle doit être liée à la pratique dans une alternance bien pensée entre théorie et pratique.
A l’issue de 5ans d’étude, nous risquons d’être lâchés directement sur le terrain sans être capables d’enseigner correctement à nos élèves.
De plus, si mastérisation il y a à la rentrée 2009, les candidats au concours 2009 qui n’auront pas eu la chance d’y être admissibles ou de décrocher un des rares postes proposés, devront repartir à la « case départ » et redémarrer un master de deux années ce qui allongera considérablement leur formation et cela sans aucun revenu. Pour éviter que la promotion 2009 ne soit injustement victime de ce changement brutal, il faut que les étudiants de première année d’IUFM présents aux épreuves écrites du concours 2009 obtiennent une équivalence Master 1, ce qui n’est pas prévu actuellement.
Ne faisons pas subir aux élèves cette réforme précipitée et non concertée.
La qualité des maîtres est l’avenir de vos enfants.

samedi 7 février 2009

Ce qui est fait à L'IUFM d'Aix

Bonjour,

Suite à l'Assemblée Générale de ce vendredi matin, un mouvement de grève a été voté par les étudiants, reconductible jusqu'au mercredi 11 février, date de la prochaine Assemblée Générale Décisionnelle.

Par la suite, une AG des formateurs a été organisée, il en est ressorti que:

-le site de l'IUFM d'Aix n'est pas bloqué et reste ouvert aux étudiants et formateurs,

-les cours ne sont pas assurés mais les formateurs restent mobilisés sur le site pour dialoguer

-les cours non assurés seront rattrapés ultérieurement (rappelons qu'il reste en moyenne 3 à 4 cours par matières, facilement rattrapables selon les formateurs)

-si la mobilisation persiste, les enseignants de math et français se sont engagés à nous envoyer des cours et exercices qu'ils nous corrigeront à distance.

La mobilisation de tous est essentielle!! Nous sommes tous concernés!!

Il est donc important de se rencontrer sur le site de l'IUFM d'Aix: plus nous serons nombreux, plus notre action sera rapide et efficace!


!! POUR LES AG A VENIR, VOTE A BULLETIN SECRET, IL EST IMPERATIF DE SE MUNIR DE SA CARTE ETUDIANT !!



Dates à retenir:

Le lundi 9 février: AG à 10h sur le site de l'IUFM d'Aix
AG à 12h sur le site de la Fac de Lettres d'Aix
Table ronde à 18h avec la présence des médias, du délégué régional, et autres politiques à La Canebière (Marseille)

Le mardi 10 février: manifestation nationale des IUFM à 14h à Aix ou marseille

Le mercredi 11 février: AG décisionnelle à 10h sur le site de l'IUFM d'AIX



Retrouvez l'actualité sur :

- le blog : http://mobilisation-iufm-aix.skyrock.com/

-facebook: Mobilisation IUFM Aix 2009


ON COMPTE SUR VOUS!!

IUFM Aix nous suit

ça y est l'IUFM d'Aix a décidé de se mobiliser. Restons soudés, et ensemble nous serons plus fort!!!!

L'iufm d'Aix est en grève jusqu'à mercredi, mouvement reconductible.

Nous sommes pas les seuls à se bouger, alors MOBILISONS-NOUS et ne lâchons rien !!

Revue de presse de la journée du 5 février

France 3 :
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b13a_1214part1
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b13a_1920

Avignews :
http://www.avignews.com/iufm-prof-diplome-cherche-emploi-a-temps-partiel--@/article.jspz?article=10647

Article sur la Provence (cf facebook : http://www.facebook.com/home.php?#/photo.php?pid=310838&o=all&op=1&view=all&subj=60919254048&aid=-1&id=1050073586&oid=60919254048 )

Sur Vaucluse matin et ...

jeudi 5 février 2009


Mobilisation IUFM Avignon. #1 from Bolton on Vimeo.

Encourageant, ça bouge !!!

Mail reçu par une PCL2 Espagnol
Déléguée FSU représentante des usagers IUFM Aix-Mrs
Siège au Conseil d'Ecolede l'iufm de MARSEILLE


"Bonsoir à tous et à toutes,
Tout d'abord, bravo pour la mobilisation engagée à Avignon depuis lundi!

Les différents IUFM commencent à se mobiliser aux côtés des étudiants et des enseignants chercheurs depuis lundi... Il était temps! Mais il n'est pas trop tard pour engager une mobilisation forte et unitaire pour rendre efficiente la motion votée contre la masterisation telle qu'elle a été proposée par les seuls membres de la direction sans concertation!
Certes, réforme il faudra, mais pas comme ça!

Venez en débattre lundi soir à partir de 18 h 30 à l'IUFM Canebière lors de la soirée militante (réunion festive) organisée par la FSU! Fête avec sono sera au rendez-vous!!! Bon courage en attendant de se rencontrer, Marie Vuillemot marie.vuillemot@hotmail.fr "

Déroulement du Vendredi 6 février

7h45-8h : Blocage de l'IUFM :
  • Sensibilisation des gens, sur le port de la route avec nos chansons, nos pancartes, nos instruments bruyants et notre chorégraphie!!!! ...
  • distribution de tract aux feux rouges et pour ceux qui le souhaitent récupération d'argent auprès des automobilistes aux feux.
  • préparation des actions à venir.
Pas de cortège prévu jusqu'en ville, nos jambes ne se sentent pas on se réserve pour Mardi!


Réunion des formateurs


13H30 : AG étudiants-formateurs afin de faire le point.
puis répartition des écoles, contactez les directeurs d'écoles
et enfin 16H distribution des tracts aux parents devant les écoles.

Voilà, en résumé la journée de demain.
Venez nombreux

Bonne soirée, à demain, dans la joie et la bonne humeur

Compte rendu de l'AG du 5 février

Tout d'abord, BRAVO à NOUS TOUS

- Nous sommes ( étudiants et formateurs ) très contents du déroulement de la journée d'aujourd'hui pour la présence massive d'une part, et pour le dynamisme et enthousiasme de chacun, d'autre part. On s'est montré chaleureux et responsables ce qui est un point fort pour nous, futurs enseignants.

On a su se faire entendre!!! On a eu des contacts avec France 3, France bleu vaucluse, Provence, Raje,...
C'est super, il faut continuer.

- Les formateurs ont soulevé la question du blocage.
Ne pouvant prendre une décision sans consulter leurs collègues, il est prévu que les formateurs se réunissent demain.
Il était soumis l'idée de bloquer les cours jusqu'à Mardi, de sorte à reprendre les cours mercredi. Mais on le saura définitivement demain.

- On a mis en place une cagnotte de sorte à payer le matériel (peinture, ficelle...) et les photocopies. Les personnes qui le voulaient, versaient 0,50 €.

- On s'est mis d'accord sur les prochaines actions à mener:
- tract pour les parents d'élèves,
- la journée de demain (cf. message spécial)
- et celles de la semaine prochaine, à savoir une manifestation nationale est prévue Mardi 10 février. On compte y participer avec au moins autant de monde qu'aujourd'hui et autant de dynamisme!!!

Pour info :
- une centaine de personnes sur l'IUFM dès le matin, et environ 120 à la manif
- 80 personnes étaient présentes l'AG